Tracts (N°29) - Ce que le militantisme fait à la recherche

Tracts (N°29) - Ce que le militantisme fait à la recherche

« À cumuler la posture du chercheur qui étudie les phénomènes avec celle de l’acteur qui tente d’agir sur eux, on ne fait que de la recherche au rabais et de la politique de campus. » Nathalie Heinich

Nous pensions en avoir presque fini avec la contamination de la recherche par le militantisme. Mais le monde académique que nous dessinent les nouveaux chantres de l’identitarisme communautariste n’a rien à envier à celui que s’étaient jadis annexé les grandes idéologies. Nos « universitaires engagés », trouvant sans doute que voter, manifester, militer dans une association ou un parti ne sont pas assez chics pour eux, tentent de reconquérir les amphithéâtres et leurs annexes. Obnubilés par le genre, la race et les discours de domination, ils appauvrissent l’Université de la variété de ses ressources conceptuelles. Qu’il soit la source ou l’écho de cette nouvelle dérive, décrite ici dans toutes ses aberrations, le monde social que ces chercheurs-militants s’attachent à bâtir s’avère à bien des égards invivable, habité par la hargne et le désir insatiable de revanche.

Détails du livre

À propos de l'auteur

Nathalie Heinich

Sociologue, directeur de recherches au CNRS, Nathalie Heinich est l’auteur de nombreux ouvrages parus aux éditions Gallimard, dont, récemment, De la visibilité (Bibliothèque des Sciences humaines, 2012), Le paradigme de l’art contemporain (Bibliothèque des Sciences humaines, 2014), Des valeurs (Bibliothèque des Sciences humaines, 2017), L’élite artiste (Folio essais n° 638), États de femme (Tel n° 422).

Commentaires

Il n'y pas encore de commentaire pour ce livre.