Le goût du vrai

Le goût du vrai

1 vote
« L’air du temps, en accusant la science de n’être qu’un récit parmi d’autres, l’invite à davantage de modestie. On la prie de bien vouloir gentiment "rentrer dans le rang" en acceptant de se mettre sous la coupe de l’opinion. » Étienne Klein La philosophie des Lumières défendait l’idée que la souveraineté d’un peuple libre se heurte à une limite, celle de la vérité, sur laquelle elle ne saurait avoir de prise : les « vérités scientifiques », en particulier, ne relèvent pas d’un vote. La crise sanitaire a toutefois montré avec éclat que nous n’avons guère retenu la leçon, révélant l’ambivalence de notre rapport à la science et le peu de crédit que nous accordons à la rationalité qu’il lui revient d’établir. Lorsque, d’un côté, l’inculture prend le pouvoir, que, de l’autre, l’argument d’autorité écrase tout sur son passage, lorsque la crédibilité de la recherche ploie sous la force de l’événement et de l’opinion, comment garder le goût du vrai – celui de découvrir, d’apprendre, de comprendre ? Quand prendrons-nous enfin sereinement acte de nos connaissances, ne serait-ce que pour mieux vivre dans cette nature dont rien d’absolu ne nous sépare ?

Détails du livre

À propos de l'auteur

Étienne Klein

Étienne Klein est philosophe des sciences et directeur de recherche au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), producteur de l’émission « La conversation scientifique » sur France Culture. Il a écrit plus d’une trentaine d’ouvrages.

Commentaires

Je sors de la lecture de cet opus avec un avis positif mais légèrement mitigé.

« Je sors de la lecture de cet opus avec un avis légèrement mitigé. Oui aujourd'hui les sots ont la parole, les fake-news prolifèrent tout comme les post-vérités.
Si on regarde Twitter ou Facebook, oui il y a des courses aux échalotes pour avoir des like, des RT et autres hochets numériques.
Entre les (pro;anti)(ze;nuke;OGM;etc...) c'est souvent à celui qui écrira la plus grosse bêtise le plus rapidement.
Mais de là à en conclure à une délégitimation des sciences, des scientifiques et des vérités du moment, non, je n'arrive pas à franchir ce pas.
J'ai ressenti comme un air de victimisation du scientifique.
Oui, la vérité est utopique.
Les théories nous permettent de l'approcher, suivant tel ou tel angle.
Et toute théorie à vocation à être supplantée par une autre plus vaste ou plus précise.
Mais ce n'est pas une raison pour jeter le bébé avec l'eau du bain (même si Trump, Borsonaro, et même Allegre dans un passé pas si lointain... y sont tentés).
Après, une personnalité comme le Pr Raoult pose en effet problème. Il est peut-être dans le vrai mais sans preuve raisonnable comment le croire ? "Ca marche. Pourquoi parce que je vous le dis et je le sais", c'est un peu court.
Notons, qu'en cette période de panique, ce genre de discours peut aussi augmenter l'effet placebo... fallait-il interdire ? Ses conseils de prescription (posologies et moment où l'utiliser) étaient-ils réellement dangereux ?
Autre point, il n'est jamais fait mention dans ce titre de l'argent et son pouvoir de corruption.
Peut-on parler des lobbies, des conflits d'intérêts sans être classé parmi les théoriciens du complot ?
Combien de "scientifiques" se décrédibilisent devant le dieu Argent ?
L'article du Lancet de mai dernier, quelle catastrophe, quel séisme dans le monde scientifique ! Et que dire de l'étude Discovery, qui était ouvertement
anti-Raoult (changeant ses conseils de prescription jusqu'à le rendre toxique) ?
Quelle meilleure méthode pour que l'idée "Hydroxychloroquine pas assez rentable, trouvons mieux" ne se répande ?
Et je souhaite de tout coeur que cette idée soit une infox !
»

Vous aimerez aussi

Nouveau

,

EPUB PDF

EPUB PDF

EPUB PDF