Tracts (N°7) - L'Homme désincarné

« Notre corps charnel nous est propre, mais il ne nous appartient pas comme un bien, autrement dit une propriété aliénable, que l’on peut donner ou vendre, comme un vélo ou une maison. La confusion fatale entre les deux est délibérément entretenue par l’idéologie ultralibérale qui veut nous persuader que, puisque notre corps "nous appartient", nous sommes libres de l’aliéner. Admirons le paradoxe. » Sylviane Agacinski.

L’homme moderne veut dominer la nature, changer sa nature, et s’affranchir de la chair, de la mort et de la génération sexuée. Grâce à la puissance scientifique et technique, certains rêvent de changer de corps et de produire leur descendance en laboratoire. L’homme futur sera-t-il sexuellement indifférencié? Naîtra-t-il sans père ni mère? Aux dépens de qui? À la veille du débat au Parlement, et alors que la 'bioéthique' semble perdre tout repère, ce Tract nous alerte sur les dangers d’un ultralibéralisme dont le modèle, en ce domaine, est la Californie.

Détails du livre

À propos de l'auteur

Sylviane Agacinski

Sylviane Agacinski, agrégée de philosophie, a enseigné au lycée Carnot à Paris et à L'École des Hautes-Études en Sciences sociales. Derniers ouvrages : Femmes entre sexe et genre, 2012 (Grand Prix Moron de L’Académie française) et Le Tiers-Corps, réflexions sur le don d’organes, 2018, parus au Seuil dans la collection La Librairie du XXIe siècle.

Commentaires

Il n'y pas encore de commentaire pour ce livre.