Tracts de Crise (N°25) - Je ne suis pas médecin, mais…

Tracts de Crise (N°25) - Je ne suis pas médecin, mais…

11 votes
« Cela n’a rien de certain, mais par son ampleur et sa radicalité, la pandémie en cours éclairera sans doute d’une lumière neuve les relations ambivalentes que notre société entretient avec les sciences et la recherche. » Étienne Klein

Détails du livre

À propos de l'auteur

Étienne Klein

Étienne Klein est philosophe des sciences et directeur de recherche au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), producteur de l’émission « La conversation scientifique » sur France Culture. Il a écrit plus d’une trentaine d’ouvrages.

Commentaires

Réponse à Philippe Matet

« Bonjour monsieur … c’est justement ce qu’Etienne Klein montre avec brio : l’effet Dunning-Krüger qui vous fait vous prétendre « doué de raison » alors que vous n’avez pas pris la peine de suivre pourquoi vous vous trompez … c’était le sens de son propos que de dire que le commentateur de café de comptoir ne peut pas s’improviser statisticien. L’exemple pris est le premier qu’on utilise en épidémiologie pour expliquer les concepts de Valeur Prédictive … Bienvenue dans le monde réel …
(Matet mais pas matheux)
»

subjectivité contextuelle

« La démonstration de l'existence de biais cognitifs est irréprochable. Le petit calcul statistique est exact, mais ce qui est discutable c'est l'hypothèse faite sur la prévalence parmi la population testée (1/1000 car pas de symptômes).
J'ai été surpris de voir cette démonstration ainsi médiatisée dans la panique du premier confinement .
A l'époque, en pleine pénurie de masques, de tests et de gel hydroalcoolique, Sibeth N'Diaye (alors porte-parole du gouvernement) nous apprenait que 'le port du masque peut être contre-productif' et Marianne (le magazine) nous démontrait, par l'entretien d'Etienne Klein que "une personne positive a 98 chances sur 100 de ne pas être malade, ce qui rend le test fort peu utile ".
Simple coïncidence ?... Je ne sais pas. Par contre ce qui est certain, c'est que le calcul d'Etienne Klein, a suscité autant de réactions que d'incompréhensions.
https://emagicworkshop.blogspot.com/2020/12/croire-ou-comprendre-une-controverse.html
»

Incohérence

« Je suis très surpris de voir un "éminent scientifique" - et vulgarisateur professionnel - énoncer une telle ânerie ... Il écrit que - je cite- : sur cent personnes positives à ce test, en moyenne quatre-vingt-quinze sont effectivement malades et cinq sont ce qu’on appelle des « faux positifs » puis - je cite encore- : si l’on applique le test de dépistage à mille personnes, en moyenne 5 % d’entre elles – c’est-à-dire cinquante – seront des faux positifs Il applique donc à la population testée le taux de 5% qui, d'après sa définition du test, concerne la population teste positive ... Ce qui lui permet d'énoncer qu'une personne testée positive aurait 2% de chance d'être vraiment malade, ce qui est contradictoire pour n'importe quel humain.e doué.e de raison avec "sur cent personnes positives à ce test, en moyenne quatre-vingt-quinze sont effectivement malades"
Et c'est ainsi qu'on distille dans le public que "les maths, c'est incompréhensible et que c'est normal qu'on n'y comprenne rien".
Alors je veux bien que M. Klein ait dû pondre ce texte un peu vite, mais quand même !
»

Vous aimerez aussi

EPUB PDF

EPUB PDF